Gare au mâle de mère

Inspiré de la Grèce (très très) antique, le fils couvé d’une mère (très très) abusive est au centre du nouveau roman de Harold Cobert. Un soupçon de Georges Bataille affleure dans cette version perverse de « Mon fils, ma bataille ».

Dans l’histoire de la Grèce archaïque, et plus précisément de Corinthe, le tyran Périande (- 627 / – 585) n’est connu de personne si l’on excepte les férus de très lointaine antiquité. Tout tyran qu’il était, ce Périandre, apprend-t-on, fut un formidable acteur de la prospérité de sa ville et protecteur des arts. Mais sous la férule d’une mère ogresse dont le sentiment maternel ne brillait pas par son goût pour le partage, il finit par assassiner sa femme.

Le romancier Harold Cobert, également scénariste (« La Traque », de Yves Rénier), qui promène une plume acidulée dans le paysage littéraire, semble attiré par les mangeuses d’âmes puisqu’on lui doit notamment, parmi une grosse dizaine d’ouvrages ( « Belle amie », « Dieu surfe sur au Pays basque »…), « La mésange et l’ogresse », une enquête fictionnée mais fouillée comme l’arrière-cour d’un serial-killer puisqu’il y est question de Monique Fourniret.

Harold Cobert. Photo Philippe MATSAS
Harold Cobert. Photo Philippe Matsas

Ici notre héros malgré lui, qui présente de vraies dispositions pour briller sur le marché des oeuvres d’art, est un charmant jeune homme que sa maman, qui n’a jamais douté de mettre au monde un fils, sculpte à son idée. La voici couvant « la chair de sa chair », lui inculquant le goût de la beauté, auscultant ses moindres relations et l’aidant, en tout, à se surpasser. A chaque anicroche, chaque dispute, chaque mini-révolte elle trouve la parade, récupère en son sein, c’est le cas de dire, le potentiel fugueur. Il va de soi que le premier chagrin d’amour, après une période de soupe à la grimace, se dilue dans le ruisseau du temps et de l’apprentissage. Et quand survient une autre expérience, sexuellement plus initiatique, le récit n’est pas sans rappeler  « Ma mère », de Georges Bataille. Dès lors, ce n’est plus un ver qui est dans le fruit mais un ténia. Ne reste plus que l’entrée en scène de la future épouse. Les guerres intestines vont pouvoir commencer.

Quelles sont les stratégies des mères abusives ? Leurs armes fatales à tirer dans les coins ? A quoi ressemblent les amours maternels quand ils n’ont d’autre socle que le désir de destruction ? Voilà ce que raconte « Périandre ».

« Périandre », de Harold Cobert, éd. Robert Laffont, 193 pages, 18,50€

1 commentaire
7 likes
Article précédent : Un amour d’AttalArticle suivant : La chair est si faible

Commentaire

  • Jean-Yves Léopold

    24 janvier 2022 at 18h57
    Reply

    Une reine-mère, quoi ! Telle la mère d'Alexandre le Grand...

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter
Derniers Articles
Les articles les plus populaires
Archives