Levage de cerveaux

Et si quelqu’un qui nous est proche, la tête sur les épaules, heureux dans sa vie, se laissait manipuler par la propagande de Daesh? Pas crédible? Ce n’est pas l’avis de Guillaume Dasquié dont le roman très documenté a fait froid dans le dos à Denis Labayle.

Quel rapport entre le Télémarket, le géant du marketing en ligne et les recruteurs de Daesh ? A priori rien. Et pourtant, avec des finalités différentes, ne serait-ce pas l’application d’un même principe : la manipulation des désirs, des illusions et des rêves. Convaincre l’autre à tout prix. Telle est l’idée originale  sur laquelle l’auteur construit son roman.

Tout commence à Tunis, trois ans après le printemps arabe. Charifa travaille comme jeune employée dans l’entreprise de son oncle Anis, spécialisée dans la vente en ligne.  Diplômée, brillante, elle n’a aucune raison apparente de fuir sa vie confortable. Et pourtant elle disparait.

Guillaume Dasquié
Guillaume Dasquié

Son oncle ne croit pas en sa conversion. Il démissionne et part à sa recherche.Dès lors, ce roman étonnamment documenté se lit comme un thriller. Il entraine le lecteur en Irak, au cœur même de Daesh, là, où, pour des raisons différentes, les deux protagonistes mettent leur savoir-faire au service de la folie religieuse.

Ce roman n’est pas seulement une histoire de plus sur le recrutement de jeunes à la dérive, il fait réfléchir sur la manipulation des cerveaux à tous les niveaux. Son auteur, journaliste, reporter, nous plonge dans un monde dramatique que nous croyons connaître et qu’il nous fait découvrir.

Denis Labayle

« Les Recruteurs », de Guillaume Dasquié, éd. Grasset, 256 pages, 20,90 €

0 commentaire
5 likes
Article précédent : Arythmie de croisièreArticle suivant : Quand Proust valsait avec Straus

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter
Derniers Articles
Les articles les plus populaires
Archives